Pas de découragement à « Rien sans les femmes » après  qu’aucune femme n’aie remporté l’élection récente de gouverneur dans 7 provinces.  A ce résultat décevant, les organisations de la composante femmes de la société civile du Sud-Kivu et celles membres de RSLF ont voulu réagir de manière combative en rencontrant le nouveau gouverneur de la province du Sud-Kivu, Claude Nyamugabo (notre photo).

Une délégation, conduite par Marie Migani, coordinatrice de la composante femmes, et Solange Lwashiga, porte-parole de RSLF, lui a demandé de préserver les précieux acquis du Sud-Kivu en matière de parité.

Une tendance positive vers la parité

Comme on peut le constater dans l’Etat des lieux de la parité de la province du Sud-Kivu, « sur les 10 cabinets ministériels du Sud-Kivu, quatre sont   dirigés par des femmes, à savoir ceux de l’Enseignement, de la Justice, de l’Agriculture et des Finances« .

« Le taux de participation des femmes en tant que fonctionnaires au sein des cabinets ministériels varie de 8,3 % (ministère de l’Intérieur) à 50 % (ministère de l’Agriculture). De plus, trois cabinets ministériels sur les dix ont atteint le quota de 30 %, à savoir les ministères de l’Enseignement, de la Justice et de l’Agriculture. Bien que ces progrès se limitent actuellement aux cabinets dirigés par des femmes, il est encourageant de voir qu’une femme à la tête d’un ministère pourrait contribuer à des effectifs plus paritaires au Sud-Kivu ».

Pour RSLF, ces progrès doivent être maintenus et même consolidés. Ainsi ce sont tous les cabinets ministériels qui devraient atteindre le chiffre de 40 à 50% de femmes.

Cerise sur le gâteau, la délégation à remis à l’heureux élu, une liste d’une vingtaine de « femmes ayant des ambitions politiques » issues des partis politiques et aussi de la société civile ».  On ne pourra pas dire qu’il n’y a pas de femmes candidates et ambitieuses.

Cette tendance positive vers la parité au Sud-Kivu devrait s’étendre à toutes les institutions de la Province où le gouverneur détient le pouvoir de nomination. Le nouvel élu, Claude Nyamugabo a écouté avec intérêt la délégation et a tendu une oreille plutôt favorable à toutes ces propositions. Reste à passer de la parole aux actes !

Aussi dans les autres provinces

Cette initiative pro-parité mise en oeuvre au Sud-Kivu mérite très certainement d’être imitée dans toutes les provinces où de nouveaux gouverneurs ont été élus. Les organisations membres de RSLF et de la composante femmes de la SC de toutes ces provinces seraient bien inspirées en organisant de pareilles délégations auprès du gouverneur récemment élu et confirmé par la Cour d’Appel et ceci avant qu’il ne compose son gouvernement provincial et avant aussi que les différents cabinets ministériels ne soient constitués.

En avant ! Pour passer de la parité de droit à la parité de fait !