1. Depuis l’indépendance, les femmes n’ont pas suffisamment été impliquées dans la gestion de la chose Publique. Elles représentent environ 52% de la population congolaise, et 51 % de l’électorat actuel, ce qui rend indispensable leur contribution pour impulser le développement durable de la RDC;
  2. Plus ou moins 60% de ménages congolais sont soutenus par le travail des femmes. Certaines femmes se sont frayé un chemin incontournable dans l’économie informelle du pays et possèdent des expériences non négligeables qui permettent de répondre aux besoins de leurs familles.  Ces riches expériences devraient être capitalisées pour améliorer la gestion économique nationale ;
  3. Les femmes consacrent une plus large part de leurs revenus au bien-être de la famille et  de la communauté  et peuvent participer efficacement au programme de relèvement et investissement à grande échelle permettant l’autonomisation économique et générant les dividendes sociaux à court terme ;
  4. La femme est la conseillère par excellence, gardienne du patrimoine qui coordonne et contrôle l’épanouissement intégral de toute la famille, cellule de base et reflet de toute la société.  Cette expérience doit être capitalisée et mise au profit de la gestion de  la chose publique ; 
  5. La RDC a connu plus d’une décennie d’instabilité due à la présence des multiplicités des groupes armées. Malgré les efforts fournis, ces groupes armés persistent et l’instabilité perdure.  Les femmes, malgré qu’elles aient été victimes des affres de la guerre, elles continuent à œuvrer sur terrain pour la consolidation de la paix, et dans les conditions de travail difficile.  Elles sont artisanes de  Il est nécessaire de les associer dans les instances décisionnelles de gestion  et prévention des conflits pour prétendre à une paix durable ;
  6. La possibilité pour les femmes d’exprimer pleinement leur citoyenneté en tant que candidates ou électrices est fondamentale pour la bonne marche de la démocratie. Il est juste que la société congolaise offre  les mêmes chances à ses filles et fils en vue de concevoir un modèle de société  équitable et concertée. D’où la nécessité d’une gouvernance inclusive afin de rendre la participation politique une opportunité pour tous ;
  7. Les pays dans lesquels les femmes sont traitées sur un pied d’égalité avec les hommes jouissent d’une meilleure croissance économique. Les entreprises qui comptent des femmes parmi leurs dirigeants affichent de meilleurs résultats. Les accords de paix qui font intervenir des femmes s’avèrent viables à plus long terme. Les parlements où siègent des femmes adoptent davantage de lois portant sur des questions sociales fondamentales comme la santé, l’éducation, la non-discrimination et les allocations familiales. Il ne fait donc pas l’ombre d’un doute que l’égalité entre les femmes et les hommes est un avantage pour tous. (Ban ki, moon)
  8. Une fois intégrée dans les positions de leadership au sein du parti politique, les femmes restent plus constantes et plus déterminées à la réalisation des objectifs du parti;
  9. La présence réelle des femmes au sein des partis politiques est une question d’égalité de genre et de justice sociale;
  10. Il n’y a pas de vraie démocratie sans la participation des femmes.

Si vous n’êtes pas encore convaincu.e par ces 10 raisons, vous pouvez approfondir la question en allant lire 20 raisons pour la participation politique des femmes, EN CLIQUANT ICI.